Council Highlights

Click to download PDF version
Click to download DOCX version

Council Highlights

 

The College of Massage Therapists of Ontario (CMTO) held its first Council meeting of the year on February 12, 2019. Key highlights from the meeting are below.

Council Confirms the 2019 Executive Committee

At the Feb 12th meeting, CMTO’s Council acclaimed Lisa Tucker, RMT, as the College’s President, elected Jocelyn Acheson to the position of Vice-President, and Jennifer Da Ponte, RMT, and Kim Westfall-Connor, RMT, as the two Executive Officers to the 2019 Executive Committee.

Council Reviews 2018 Draft Financial Statements

During the meeting, Council approved the 2018 unaudited Statement of Operations and Statement of Financial Position and requested that Management continue to monitor financial performance and activity of the College. A formal review of the 2018 Financial Statements by an external Auditing firm is already underway.

First Aid and CPR Training

CMTO’s Council is considering whether a mandatory First Aid/CPR training requirement for registrants would be in the public interest. At the February meeting, Council expanded the scope of the project for 2019 to review whether there is a need to require applicants and Massage Therapists to obtain and maintain current First Aid/CPR certification.

New Policy: ‘Inappropriate Touch of a Client by a Candidate During the OSCE’

To ensure that the Objectively Structured Clinical Evaluation (OSCE) environment is respectful and safe for all participants, CMTO’s Council approved an additional amendment to the recently introduced policy regarding inappropriate touch of a client during the OSCE.

Proposed Amendments to By-Law No.2 – Election of Members to Council

Council approved some minor changes to By-Law No. 2 – Election of Members to Council to clarify the process for sanctioning or removing a Council Member.

Proposed Amendments to By-Law No.5 – Committees of the College

Due to the volume of matters before the Quality Assurance Committee (QAC), Council approved an amendment to By-Law No.5 – Committees of the College to permit the QAC to operate in Panels. Further, Council agreed that the President should be an “ex-officio” member of all committees. An “ex-officio” member has all the rights, responsibilities and powers of any other member of the Committee (including the right to vote and to be counted as part of quorum) but isn’t permitted to serve on a Panel.

Proposed Amendments to By-Law No.7 – Fees for Registration, Examination and Other Activities at the College

As the College sometimes encounters difficulties in obtaining outstanding fees from registrants (e.g., SCERPS, monitoring, administrative charges and costs awarded as part of a disciplinary proceeding) CMTO’s Council agreed that By-Law No.7 – Fees for Registration, Examinations and Other Activities of the College should be amended to permit the outstanding fees to be added to the registrant’s annual renewal fee. In discipline cases where the awarded costs exceed $2,500.00, and the person is no longer registered, the College would attempt to obtain a local order (i.e., garnishment, liens, etc.) to try to recover the costs. Prior to finalizing its decision, Council directed that the proposed amendment be circulated to stakeholders for comment.

Proposed Amendments to By-Law No.8 – The Register and Registrant Information

Between December 2018 and January 7, 2019, the College circulated a survey to stakeholders on proposed amendments to By-Law No.8 – The Register and Registrant Information for comment. There were 975 responses to the survey, 956 of these were from registrants. 88% were in favour of the proposed amendments. Comments on the proposed amendments were made by 18 respondents. Some of these comments related to the collection of information on offences and also information on licensed professions.

In reviewing these comments, it was noted that some registrants did not have a clear understanding of what would be placed on the public register or understand the rationale behind the proposed amendments. For example, some registrants were concerned that information respecting licensed trades would be on the public register. The rationale for collecting this information is to ensure that there is nothing in an applicant/registrant’s past conduct that may affect their suitability to practise as a Massage Therapist. Another concern raised was the need for advising the College of any offences. The requirement for a registrant to report offences is outlined in the Regulated Health Professions Act, 1991. This is not a requirement imposed by CMTO but by the legislation and applies to all regulated health colleges in Ontario. Unless a concern is identified, i.e. a pattern of behaviour that raised concerns that may impact MT practice, no action would be taken.

The proposed amendments were approved by Council for implementation on April 1, 2019.

Click to download PDF version
Click to download DOCX version

Points saillants du Conseil

 

La première réunion de l’année du Conseil de l’Ordre a eu lieu le 12 février 2019. Vous trouverez ci-dessous les principaux points saillants de la réunion.

Le Conseil confirme les membres du comité de direction de 2019

À la réunion du 12 février, le Conseil de l’Ordre élit par acclamation Lisa Tucker, MTA, au poste de présidente de l’Ordre, et élit Jocelyn Acheson vice-président, ainsi que les MTA Jennifer Da Ponte et Kim Westfall-Connor comme ses deux cadres de direction du comité de direction de 2019.

Le Conseil examine l’ébauche des états financiers de 2018

Pendant la réunion, le Conseil approuve les états des résultats et l’état de la situation financière non vérifiés de 2018 et demande à la direction de continuer à surveiller le rendement financier et les activités de l’Ordre. Un cabinet de vérification externe a déjà commencé l’examen officiel des états financiers de 2018.

Formation en secourisme et en RCR

Le Conseil de l’Ordre se demande si une exigence de formation obligatoire en secourisme et en RCR des membres inscrits est dans l’intérêt public. À la réunion de février, le Conseil élargit la portée du projet de 2019 afin d’étudier la pertinence d’exiger l’obtention et le maintien d’un certificat valide de secourisme et de RCR des candidats et des massothérapeutes.

Nouvelle politique : « l’attouchement inapproprié d’un client par le candidat pendant l’évaluation clinique objective structurée (ECOS) »

Pour veiller à ce que l’évaluation clinique objective structurée (ECOS) se déroule dans un milieu respectueux et sûr pour tous les participants, le Conseil de l’Ordre approuve une autre modification de sa politique récemment adoptée, qui traite de l’attouchement inapproprié d’un client par le candidat pendant l’ECOS.

Modifications proposées au Règlement administratif no 2 – Élection des membres du Conseil

Le Conseil approuve des modifications mineures du Règlement administratif no 2 – Élection des membres du Conseil afin de clarifier le processus de sanction et de renvoi d’un membre du Conseil.

Modifications proposées au Règlement administratif no 5 – Comités de l’Ordre

En raison du grand nombre de questions soumises au Comité de l’assurance de la qualité (QAC), le Conseil approuve une modification du Règlement administratif no 5 – Comités de l’Ordre afin de permettre le fonctionnement du Comité par groupes d’experts. De plus, le Conseil convient que la présidente siégera à tous les comités comme membre d’office. Un membre d’office possède les mêmes droits, responsabilités et pouvoirs que tout autre membre du comité (y compris le droit de voter et de faire partie du quorum), mais ne peut pas intégrer un groupe d’experts.

Modifications proposées au Règlement administratif no 7 – Frais d’inscription, d’examen et relatifs à d’autres activités de l’Ordre

Comme l’Ordre a parfois du mal à récupérer les frais impayés des membres inscrits (p. ex., frais du programme d’éducation permanente et de recyclage spécifié ou SCERP, frais de suivi, frais administratifs et frais engagés par une procédure disciplinaire), le Conseil convient de modifier le Règlement administratif no 7 – Frais d’inscription, d’examen et relatifs à d’autres activités de l’Ordre afin de permettre l’ajout des frais impayés aux frais annuels de renouvellement du membre inscrit. Pour tout dossier disciplinaire où les frais engagés dépassent 2 500,00 $ et la personne n’est plus un membre inscrit, l’Ordre tentera d’obtenir une ordonnance d’un tribunal local (p. ex., saisie-arrêt, privilège), afin de récupérer les frais. Avant de prendre une décision définitive, le Conseil demande de distribuer la modification proposée aux intervenants afin de recueillir leurs commentaires.

Modifications proposées au Règlement administratif no 8 – Le registre et les renseignements des membres inscrits

À partir de décembre 2018 et jusqu’au 7 janvier 2019, l’Ordre a distribué une enquête aux intervenants concernant le Règlement administratif no 8 – Le registre et les renseignements des membres inscrits pour recueillir leurs commentaires. Il y a eu 975 participants à l’enquête, dont 956 membres inscrits. De ces participants, 88 % étaient favorables aux modifications proposées. Dix-huit participants ont fourni leurs commentaires sur les modifications proposées. Certains de ces commentaires avaient trait à la collecte de renseignements sur les infractions ainsi que sur les professions réglementées.

L’examen de ces commentaires a fait ressortir que les participants avaient du mal à saisir ce qui serait publié dans le registre public et à comprendre les motifs entourant les modifications proposées. Par exemple, certains membres inscrits étaient préoccupés par l’inclusion de renseignements sur les métiers réglementés dans le registre public. La collecte de ces renseignements a pour motif de s’assurer que la conduite antérieure du candidat ou du membre inscrit ne peut aucunement nuire à son aptitude à exercer comme massothérapeute. L’obligation de signaler toute infraction à l’Ordre est une autre préoccupation ayant été soulevée. Les membres inscrits sont tenus de déclarer toute infraction; c’est une exigence en vertu de la Loi de 1991 sur les professions de la santé réglementées. Cette exigence n’est pas imposée par l’Ordre, mais bien par la loi et s’applique à tous les ordres de professions de la santé réglementées en Ontario. Aucune mesure ne sera prise, sauf si un problème est signalé, par exemple, un type de comportement qui soulève des préoccupations pouvant nuire à la pratique du massothérapeute.

Le Conseil approuve la mise en œuvre des modifications proposées le 1er avril 2019.